Archives

Presse

Business’Art

MINAUTO mag’

Auto Hebdo du 28 mai 2008

Le Mague

Nathalie DOUCE … une « Plastique ». par  Jean CEMELI

Elle s’appelle Nathalie DOUCE – et porte bien son nom. Un charme à en revendre, une réflexion permanente, mais aussi une retenue très féminine. Elle est plasticienne, vidéaste, comédienne, suractive et élégante…

Bonjour Nath

On la rencontre avec plaisir. Elle, très attirante, elle dans sa particularité de sourire. Avec..les yeux. Cette expression a dessiné soigneusement quelques empreintes discrètes autour de ses arcades – le charme y est ainsi toujours présent. Une voix mesurée et la diction finit de persuader – toujours sans tressaillir.

Elles est coquette : pour le respect dû à elle-même – pour le respect dû aux autres. Plus séduction que sensualité dit-elle et rajoute : «  séduire c’est attirer l’attention » . Que cherches-tu charmeuse Nathalie ? peut-être à ravir le monde ( ou bien à le ravir ?)

Alors un bel esprit.. oui ? ..mais aussi sensuelle, très sensuelle : manuelle et en symbiose avec les matières. Elle n’arrête pas : elle touche à tout et pétrit l’univers, ne supporte pas de ne rien faire, a créé des bijoux , sculpté dans la sensualité et .. que sais-je…

Le temps

Citations d’elle remarquables : sur la peinture : « gestion de l’espace-temps » – sur le Le figuratif : « il emprisonne les instants » – sur le temps :« il y a une onde dans le présent qui concerne le passé » .

Plasticienne , Nathalie tendra à rendre compte du passé dans ses œuvres . Un côté proustien mais volontariste, la pousse vers un compte-rendu émotionnel de l’instant évanoui. Elle nous le fait partager par ce véhicule … Pas un devoir de mémoire mais heureuse : de voir… en mémoire. A nous de la saisir.

Nath au carré

Le carré est au centre de son oeuvre plasticienne. Des carrés se croisent et s’entrecroisent surla toile. Dansune recherche permanente de l’émotion : elle nous la fait partager. Cette figure géométrique accouchant le monde se voudrait mouvement. Polyèdres s’entrecroisant, se répondant dans des jeux subtils de matière en quête d’essentiel.

Paradoxe d’épure complexe, ils dessinent avec ferveur le choc des énergies – elles se rencontrent en des volutes d’un passé révolu accouchant l’éternelle…mouvance. Et bien dans le concret – pas dans les rêves – les matières sont là pour nous y ramener, mélangées, interpénétrées en strates et en glisses. Nathalie : ton cerveau bat l’airain, défiant la pesanteur !

Création

Créer, toujours créer : c’est la question et …sa réponse. Une vie éveillée, oui, pour courber l’espace. Dominer la matière, pourtant interpréter. En modestie car elle le dit : « l’artiste n’est qu’un interprète » : il ne fait que retranscrire. Sans doute les forces vives de l’univers pétri au sein des œuvres. Un travail de médium – la conscience de soi.

Mais aussi des autres : par l’œuvre engendrer du signifiant et du communicant. Et un exemple, donc par la même peut-être créer des synergies.